Les Turcs veulent-ils encore de l’Union européenne ?

Enquête dans un pays qui n’a plus besoin de l’UE pour s’en sortir

Depuis quelques temps, une question récurrente semble hanter l’Europe : La Turquie est-elle en train de tourner le dos à l’Occident, et par là, à l’Europe ? Pour beaucoup, le rêve européen de la Turquie semble en effet avoir quelque peu vécu.


Questions à Alican Tayla, chercheur auprès de l’IRIS (Institut de Relations Internationales et Stratégiques) et spécialiste de la Turquie, de l’Union européenne et des problématiques identitaires

JPEG - 3.7 ko

Dans la presse européenne, on parle ces derniers temps d’un « désamour » de la Turquie à l’égard de l’Union européenne. Cette discussion correspond-elle à une réalité ?

Quand on observe les sondages, on note effectivement une désillusion, un sentiment de trahison, de déception chez les Turcs. A la fin des années 1990, près de 90% de Turcs étaient favorables à l’entrée de leur pays dans l’Union européenne. Ce chiffre a considérablement chuté, surtout depuis 2007. Mais, ce qui est aussi significatif, c’est que de moins en moins de Turcs pensent que leur pays entrera vraiment un jour dans l’Union.

D’où vient ce changement ? Et pourquoi depuis 2007 ?

Dire que la Turquie ne veut plus de l’Union européenne est trompeur, car la question doit être posée autrement. En France, par exemple, le nombre de partisans à l’adhésion de la Turquie a diminué depuis le début des années 2000, mais la véritable chute s’est amorcée suite aux déclarations du président français Nicolas Sarkozy en 2007, qui affirmait que même si la Turquie devait un jour remplir tous les critères de Copenhague, il s’opposerait à son adhésion. Ce discours est en décalage avec l’engagement de l’UE, qui doit être respecté, mais il a eu et continue d’avoir un effet incomparable sur l’opinion publique en Turquie, car la France n’avait jamais adopté une position aussi tranchée.

Les Turcs réagiraient donc à une opposition de l’Union européenne, en premier lieu de la France ?

Le changement est venu de l’Europe. Au niveau politique, la Turquie veut et voudra toujours de l’Europe. L’adhésion est une question d’Etat, indépendante du parti au pouvoir. D’ailleurs, si on regarde l’exemple du parti AKP, il est arrivé au pouvoir avec comme principal slogan l’entrée de la Turquie dans l’Union européenne. Ce sont les pays européens, en premier lieu la France, qui bloquent les négociations sur certains chapitres. Récemment, par exemple, 51 députés français de l’UMP ont déposé un amendement pour demander l’arrêt des subventions de pré-adhésion pour la Turquie. Cet amendement était illégal et a donc été rejeté. Mais ce type de manifestations est inquiétant. La question de l’entrée de la Turquie n’est pas pour demain, c’est une question d’une dizaine d’années et cette opposition grandissante pourrait avoir de graves répercussions dans le futur.

Comment voyez-vous le futur ?

La balle est dans le camp européen. L’opinion publique peut évoluer très vite en Turquie et changer rapidement. Je suis convaincu que cela peut changer du jour au lendemain. L’état actuel n’est pas définitif et un signe concret positif de l’Union européenne pourrait tout faire changer.

« L’Union européenne ? Ca serait bien d’y entrer un jour, depuis le temps qu’on en parle ! ». Attablé devant un café latte en compagnie de sa fiancée Gamze au Starbucks du quartier Beşevler à Ankara, Volkan va bientôt fêter ses trente ans. Diplômé de la faculté de géologie de Trabzon, au bord de la mer noire, il travaille comme coursier pour une holding turque et traque les appels d’offre en ligne. « Avant je pensais vraiment que la Turquie deviendrait un Etat membre. Mais franchement, depuis quelques temps, je commence sérieusement à douter ». Gamze, sa fiancée, termine son doctorat de sociologie auprès de l’Université d’Ankara. « L’entrée dans l’Union devient une sorte de mirage. J’ai même parfois l’impression qu’on se moque de nous », soupire-t-elle.

Pris entre la volonté d’adhérer et un sentiment de rejet

Dans les hautes sphères politiques du pays, on sent aussi une certaine lassitude. Au mois d’octobre dernier, dans une interview accordée au journal en ligne Médiapart (accès payant), Egemen Bağış, ministre d’Etat et négociateur en chef des pourparlers d’adhésion de la Turquie, soulignait encore une fois l’espoir turc de faire un jour partie du « club » : « Ce grand projet ne sera pas complet sans l’adhésion de la Turquie ». Mais quelques jours auparavant, lors d’un panel à Istanbul sur le processus d’adhésion de la Turquie, Bağış s’emportait contre le refus de l’Union européenne de négocier sur certains dossiers qui, d’après lui, aurait « renforcé la frustration des Turcs ». Ces déclarations résument bien l’état d’esprit d’une grande partie de la population turque, prise en étau entre le vœu de longue date d’adhérer à l’UE et un sentiment de rejet. Au mois de septembre dernier, la fondation italienne Compagnia di San Paolo et le German Marshall Fund rapportaient dans une enquête que seuls 38% des Turcs soutiendraient encore l’entrée de leur pays dans l’UE, contre 73% en 2004 et 63% pensent que leur pays risque de ne jamais adhérer à l’UE.

Pour la jeunesse turque, leur pays est un éternel candidat

Les élargissements de 2004 et 2007, et plus encore la suppression du régime des visas au mois de décembre 2009 pour les pays des Balkans, et non pour la Turquie, ont été vécus par de nombreux Turcs comme une injustice faite à leur pays, qui est membre associé de l’UE et des communautés qui lui ont précédé depuis 1963. « Je ne comprends vraiment pas pourquoi les Albanais ou les Macédoniens peuvent voyager librement dans l’Union européenne sans visa, alors que leurs pays ne sont même pas encore officiellement candidats », déplore Gamze. « C’est comme s’il y avait deux poids, deux mesures ».

JPEG - 5.1 Mo

Ferry faisant l’aller-retour entre la ville turque de Kas et l’île grecque de Castellorizo

A l’instar de Gamze, la jeunesse turque semble désabusée. Et dans un pays comme la Turquie, où la moitié des 73 millions d’habitants a moins de 30 ans, le moral de cette jeunesse pèse lourd. Une large majorité a toujours connu le pays en tant que candidat, potentiel puis officiel depuis 2005. Cette situation de candidature chronique, liée à la montée ces dernières années d’un discours négatif voir xénophobe au sein de certains pays de l’Union, rend la perspective concrète d’une adhésion bien éloignée pour la jeune génération turque. Dernier exemple en date de ce discours hostile, le dirigeant du parti autrichien du FPÖ, Heinz-Christian Strache, déclarait récemment que l’adhésion de la Turquie signifierait « la fin de l’Union européenne et le début d’une union euro-asiatico-africaine ».

La Turquie se concentre sur son rôle stratégique de puissance régionale

Dans ce climat de réticence, la Turquie a parallèlement opéré un changement de politique extérieure au cours de la dernière décennie. Le parti de l’AKP, arrivé au pouvoir en 2002 et présenté tantôt comme l’héritier d’un courant islamiste, tantôt comme un mouvement plutôt islamo-conservateur prônant le libéralisme économique, a cherché à redorer le blason d’une Turquie en perte de vitesse au niveau international. Au Proche-Orient, la Turquie tente de s’imposer comme médiateur face aux Etats-Unis et aux pays européens, notamment au niveau du dossier iranien ou dans le conflit proche-oriental. A titre d’exemple, lors d’un discours en novembre 2008 devant la Brookings Institution, un think tank américain proche des Démocrates, le premier ministre turc Recep Tayyip Erdoğan annonçait un changement de position à l’égard de l’Iran et une démarcation des positions américaine et européenne, en déclarant que « ceux qui interdisent à l’Iran de s’équiper de l’arme nucléaire ne devraient pas non plus posséder d’armes nucléaires ». Les tensions récentes avec Israël, partenaire militaire et commercial privilégié de la Turquie, suite à l’opération Plomb durci sur la bande de Gaza en janvier 2009 et l’assaut de la flottille au mois de mai dernier, au cours duquel neuf Turcs ont été tués, ont contribué à alimenter les craintes de l’Europe de voir la Turquie s’éloigner du « camp européen ».

La Turquie veut réaffirmer sa présence au sein des pays musulmans

Pour la Turquie, rétablir son rôle de puissance régionale passe par une réaffirmation de son appartenance au « monde musulman ». L’engagement marqué au sein de l’Organisation de la Conférence Mondiale Islamique (OIC) -depuis 2005, l’OIC dispose pour la première fois de son histoire d’un secrétaire-général turc- et le langage utilisé par les dirigeants de l’AKP, faisant appel aux références religieuses, en témoignent. La Turquie a longtemps été considérée, principalement dans le monde arabe, comme un « mauvais musulman », comme le pays ayant aboli le califat et installé un système laïc avec la République de Turquie. Ses relations avec les pays arabes ont quant à elles toujours été teintées d’une méfiance historique –les Turcs ayant considéré pendant longtemps que les Arabes auraient « trahi » l’Empire ottoman. L’AKP tente aujourd’hui de conforter la Turquie en tant qu’intervenant majeur dans les relations internationales, et, par ce biais, en tant que médiateur entre l’Occident et l’Orient, s’éloignant de l’image de « quémandeur » dépendant du bon vouloir de l’UE. A travers sa réaffirmation politique, la Turquie souhaite faire preuve d’une certaine suffisance et confiance, sentiments mis à mal par l’attitude hostile de certains politiciens européens. Même si le premier Ministre britannique David Cameron a récemment affirmé son soutien à l’adhésion de la Turquie, en comparant l’hostilité dont celle-ci est victime à la manière dont l’Europe regardait le Royaume-Uni dans les années 1960, l’enfermement de la France dans une attitude de rejet depuis l’élection de Nicolas Sarkozy et la position controversée de l’Allemagne autour d’un partenariat privilégié contribuent à la prise de distance côté turc.

La politique et le marché intérieurs monopolisent l’attention des Turcs

La politique intérieure monopolise aussi l’attention des Turcs. Au mois de septembre dernier, le projet de réforme constitutionnelle du gouvernement obtenait plus de 56% des voix par référendum, ce qui fut présenté comme une consécration de la politique de l’AKP. La campagne du référendum s’était transformée en campagne opposant principalement l’AKP à ses adversaires du camp dit « laïc et kémaliste », principalement le parti de l’opposition CHP. Le conflit entre le gouvernement et les forces armées –comme dans l’affaire Ergenekon, complot contre le gouvernement impliquant entre autres d’anciens généraux–, le conflit autour de la question de la laïcité, ainsi que la poursuite du conflit avec les rebelles kurdes dans la zone du Sud-Est, font passer la question de l’adhésion européenne au second plan.

JPEG - 303.3 ko

Copyright : cutxpaste, flickr

Mais la Turquie reprend aussi confiance sur le plan économique. Le pays sort en effet de l’état de crise endémique dont il souffrait depuis plusieurs années. L’économie turque a progressé de 10,3 % au second trimestre de cette année, soit le plus fort taux de croissance en Europe et le quatrième au monde. Son inflation, autrefois galopante, semble aujourd’hui se juguler, la dette publique du pays a été ramenée de 75% à 40% du PIB et les revenus ont doublé en moins de dix ans. Même si le chômage persiste, les perspectives, en particulier pour les jeunes cadres, restent ouvertes et le rêve européen n’est plus forcément de mise. Le sentiment d’hostilité de la part d’une partie de l’UE, un agenda politique axé sur la montée en puissance régionale et la réhabilitation d’un marché intérieur longtemps jugé sinistré, ont amené les Turcs à ne plus voir l’Union européenne comme la priorité absolue. Cependant, comme le rappelait Deniz Vardar, professeur à l’Université de Marmara interrogée par l’observatoire de la Vie Politique Turque (OVIPOT), l’opinion publique turque est « conjoncturelle et affective ». « Je ne rejette pas l’Union européenne. Simplement, pour le moment je n’y pense pas vraiment », conclut Volkan. Si les rapports sont tendus, le divorce n’est pas encore prononcé côté turc.


reagir   Imprimer   envoyer par mail   Auteurs
Espace réactions ()

vida18
8 novembre 2010
16:46
Les Turcs veulent-ils encore de l’Union européenne ?

La Turquie aurait plus d’avantages de rejoindre l’AELE (Association européenne de libre-échange) qui regroupe la Suisse, le Liechtenstein, la Norvège et l’Islande ainsi que l’EEE (Espace Economique Européen) que l’UE.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Associ...

http://fr.wikipedia.org/wiki/Espace...

Christel
12 novembre 2010
10:12
un lien en echo
Les Turcs veulent-ils encore de l’Union européenne ?

http://www.mediapart.fr/club/blog/c...

a ecouter, David Cohn Bendit

Christel
12 novembre 2010
10:13
le lien
Les Turcs veulent-ils encore de l’Union européenne ?

http://www.mediapart.fr/club/blog/c...

le lien en question

julesmont
26 février 2011
17:00
les Turcs veulent-ils de l’Union européenne ?
Les Turcs veulent-ils encore de l’Union européenne ?

tous les sujets qui fachent les relations entre la turquie et Union Eu sont soigneusement occultés par ce « chercheur » turc, à savoir le génocide du peuple Arménien, et sa negation,occupation d’une partie de Chypre, membre de l’EU,la répression des 15 millions de Kurdes vivant en turquie,les discriminations d’état turque contre les chrétiens... islamo-fascisme ambiante,une vrai tentative de desinformation téléguidée par la turquie,

Turquie
Retour en 26 lettres sur huit années qui ont boulversé la Turquie de l’intérieur et sa perception à l’extérieur.
Elargissement
Le 17 avril dernier, nous nous sommes rendus à la délégation de l’Union européenne à Berne. Il s’agit d’une des plus petites délégations de l’Union dans (...)

Auteurs

Elif Kayi

Elif Kayi a fait des études de langues étrangères et d’économie à l’université de Lyon (Jean Moulin) et un Master d’Etudes européennes à l’Université d’Hambourg. Elle a vécu et étudié (notamment deux ans dans le cadre des échanges Erasmus) dans différents (...)

Sur internet

Observatoire la vie politique turque
Blog
Ils nous tweetent
Facebook
Quel président de la Commission en 2014 ?

Qui sera le président de la Commission européenne en 2014 ?


Les blogs des sections locales et thématiques du groupe Euros du village
L'Union européenne développe sa dimension fédérale
Par Søren Henrichsen
9 juillet 2012

Euros du Village, c’est
- 5 rédactions bénévoles et 4 Eurosblogs spécialisés,
- Plus de 120 publications par mois en 5 langues,
- un regard décalé sur l’actualité européenne et 7 ans de couverture des affaires européennes.

Retrouvez-nous en ligne :
- Euros du Village (FR), Gli Euros (IT), Los Euros (ES), Die Euros (DE) et The Euros (EN),
- En français, sur Facebook et Twitter.

Le groupe Euros du Village

Politique
Economie
Société & Médias
Développement durable
Affaires intérieures
Affaires extérieures
Bruxelles & Euro-bulle
France
UE 27
L’autre Europe
Monde
© Groupe Euros du Village 2010 | Mentions légales | Site réalisé avec SPIP | Réalisation technique et design : Media Animation & Euros du Village France