Les leçons du syndrome Irlandais

La rechute de crise européenne qui nous vient d’Irlande, révèle les contradictions foncières de la construction européenne.


Au moment où les politiques (Merkel et Sarkozy) prétendent reprendre la main sur les marchés en menaçant les prêteurs privés à l’Etat Irlandais de contribuer à la restructuration de la dette irlandaise, ces derniers prennent peur et tentent de se débarrasser de leurs créances irlandaises devenues douteuses en les déversant sur le marché, en faisant flamber les primes de risques (taux d’intérêt) et en aggravant du même coup la situation de ce pays. Classiquement il est à craindre que tous les prêteurs privés détenant des emprunts d’autres Etats surendettés de la zone Euro adoptent le même comportement, au risque de déprécier les actifs obligataires des banques les plus exposées et de créer une banqueroute généralisée en Europe..

Pour stopper cette épidémie « systémique » comme on dit, il a donc fallu que Nicolas Sarkozy et Angela Merkel fassent promptement amende honorable et reviennent publiquement sur leur déclaration. Jean-Claude Trichet les en avait pourtant prévenus des risques, au prix de recevoir en retour du Président français, une remontrance publique cinglante autant qu’inconsidérée.... Aujourd’hui, les choses doivent être plus claires dans l’esprit d’Angela Merkel et de Nicolas Sarkozy : quand on est adepte du tout marché, on est esclave du marché. La leçon vaut aussi pour tous ceux de Droite ou de Gauche qui se droguent aux déficits publics, dont l’exemple irlandais confirme que c’est la plus sûre façon d’aliéner l’indépendance du politique aux spéculateurs..

Mais le plus incompréhensible sans doute pour nos concitoyens, c’est que la crise irlandaise renverse les termes du scénario grec : l’Irlande rechigne à l’aide de l’Union Européenne quand l’Allemagne, qui ne voulait pas intervenir en Grèce, l’implore aujourd’hui de l’accepter (alors qu’elle invoquait encore il y a quelques jours une objection juridique de sa Cour Constitutionnelle) !...Comprenne qui pourra !

C’est que l’Irlande, dont le sentiment européen n’est pas de la première robustesse, ne veut pas que les Européens mettent leur nez dans ses dépenses publiques, quand l’Allemagne réalise qu’avec la monnaie unique, un mauvais rhume irlandais menace de gripper ses banques et de ruiner ses petits déposants. Pendant ce temps, en l’absence de plan d’assainissement budgétaire de l’Irlande (32 % de PIB de déficit !), c’est la seule Banque Centrale Européenne de Jean-Claude Trichet qui écope tant bien que mal en rachetant à vil prix les créances dont les privés se délestent, par une production massive d’euros qui le dévalue pour le meilleur (la compétitivité monétaire européenne) et surtout pour le pire (la dévaluation des épargnes, la fragilisation des banques et le renchérissement du prix de l’énergie).

En réalité, l’Europe subit l’interminable supplice d’une zone monétaire unifiée qui n’est pas maîtresse de sa politique budgétaire, éclatée en 27 souverainetés nationales vétilleuses...

La prédiction de cette situation kafkaïenne était pourtant très clairement énoncée par les économistes dans les années 90, à l’époque de la conception de l’Euro.

La solution à cette situation délétère, faute de s’inscrire dans une avancée résolue du fédéralisme budgétaire européen, paradoxalement combattu par la France et l’Allemagne dans la discussion avec le Parlement européen sur le budget 2011 de l’Union, nous est esquissée avec diplomatie mais fermeté par Wolfgang Schaübble, l’excellent Ministre des finances allemand. Elle consiste à instaurer sur l’Union Européenne un Directoire franco-allemand, plus allemand que français, au motif difficilement contestable que les deux plus importantes économies d’Europe ont une responsabilité particulière à ne pas se laisser déstabiliser par le laxisme budgétaire des uns ou des autres. Ce message allemand, qui s’adresse à l’Irlande, est aussi une façon subliminale de s’adresser à la France. C’est l’avenir de l’Europe qui est jeu, comme nous en avertit, du haut de son impuissance européenne, Herman van Rompuy.

En fait, l’Allemagne vient, sous la pression des évènements, de se convertir à une forme de Gouvernement économique de l’Union, qui consiste ni plus ni moins à mettre sous tutelle les Etats défaillants en contrepartie de l’aide que leur apporte l’Union pour se sauver elle-même. Cette évolution empirique des Allemands, à laquelle les pressait notamment la Gauche française depuis plusieurs années, présente l’ironie de les placer en position de tuteur européen. On comprend mieux pourquoi Nicolas Sarkozy présente aux Français comme un choix politique d’aligner le budget et la fiscalité français sur la rigueur allemande...Ce n’est pas tant un choix politique français souverain qu’une contrainte européenne dont, au passage, la Gauche française devra s’accommoder sauf à faire imploser l’Europe.

Une autre solution, plus européenne, moins allemande, économiquement plus durable, aurait été d’évoluer vers un véritable budget « fédéral » européen capable de développer une politique budgétaire européenne unique face à la monnaie unique. Las ! on en mesure l’utopie. L’Allemagne y est farouchement opposée, donc la France aussi...

Merkel-Sarkozy font cruellement défaut à Mitterrand-Kohl. Le moteur franco-allemand est devenu frein, au risque que les candidats à l’entrée dans la zone euro s’y reprennent à deux fois avant de renoncer à leur « indépendance » nationale..

La crise accouche d’une police économique européenne, plutôt que d’une politique budgétaire européenne...


reagir   Imprimer   envoyer par mail   Auteurs
Espace réactions ()

Jean-Baptiste
24 novembre 2010
12:16
Les leçons du syndrome Irlandais

La situation actuelle prouve une fois de plus l’échec de la conception de l’euro en tant que « super Deutschemark », telle que les critiques intelligents de Maastricht pouvaient l’imaginer. L’économie européenne n’est pas l’économie allemande et vice-versa. Tant que l’on persistera dans l’erreur nous irons d’échec en échec, avec toujours les mêmes conséquences désastreuses. Soit l’euro change, soit l’euro disparaît.

Irlande
Les deux « miracles économiques » européens de ces dernières années sont parmi les pays les plus touchés par la crise. La fin d’un modèle (...)

Autres langues de cet article :

The luck of the Irish – lessons to be learnt

Auteurs

Gilles SAVARY

Ancien député européen et vice-président de la Commission Transports au Parlement européen, jusqu’en juin 2009. Aujourd’hui, Vice-président du Conseil Général de la Gironde et Conseiller général de (...)

Site internet : Son blog

Ils nous tweetent
Facebook
Quel président de la Commission en 2014 ?

Qui sera le président de la Commission européenne en 2014 ?


Les blogs des sections locales et thématiques du groupe Euros du village
L'Union européenne développe sa dimension fédérale
Par Søren Henrichsen
9 juillet 2012

Euros du Village, c’est
- 5 rédactions bénévoles et 4 Eurosblogs spécialisés,
- Plus de 120 publications par mois en 5 langues,
- un regard décalé sur l’actualité européenne et 7 ans de couverture des affaires européennes.

Retrouvez-nous en ligne :
- Euros du Village (FR), Gli Euros (IT), Los Euros (ES), Die Euros (DE) et The Euros (EN),
- En français, sur Facebook et Twitter.

Le groupe Euros du Village

Politique
Economie
Société & Médias
Développement durable
Affaires intérieures
Affaires extérieures
Bruxelles & Euro-bulle
France
UE 27
L’autre Europe
Monde
© Groupe Euros du Village 2010 | Mentions légales | Site réalisé avec SPIP | Réalisation technique et design : Media Animation & Euros du Village France